CGT NETTOYAGE 49

Anjou Hygiène Service supprime la Prime de Fin d’Année

Anjou Hygiène Services a taillé dans le vif en passant un accord d’entreprise qui supprime d’un même coup la Prime de Fin d’Année et rabote violemment au passage toutes les majorations des heures supplémentaires et complémentaires. Flexibilité maximale au service d’une Direction sans état d’âme au détriment de la vie privée des salariés et de leur salaire. Aucune information directe adressée au personnel.

1°) L’origine de l’affaire

N’ayant pas reçu sa PFA sur son bulletin de novembre, une agent de service nous a contacté pour des explications. Après avoir interrogé la direction d’A.H.S, cette dernière a du lâcher la nouvelle : un accord a été passé en réduction des avantages accordés par la Convention Collective ! Un grand merci aux ordonnances MACRON qui au final pourissent la vie des plus précaires ! Un grand merci également à la Direction d’A.H.S qui optimise ainsi sans vergogne ses résultats annuels, en fournissant des conditions de travail dégradées. Non contente de profiter de l’accumulation  des aides (réduction de cotisations FILLON, CICE & Co…), il faut qu’elle puise en catimini dans les maigres revenus des salariés. Attaque brutale sur les salaires accompagnée d’une dégradation des conditions de travail.

Ci dessous le texte de la confirmation de la démission de cette dame adressée par courriel au gérant :Résultat de recherche d'images pour

A l’attention de Mr XXXXX
Suite :
1-au non paiement de la prime annuelle en novembre 2018 qui selon les dires de Mme XXXXX ” a été supprimée par les syndicats”.
2-à une incompatibilité d’humeur (mauvaises relations  de travail entre un salarié et son supérieur hiérarchique) avec Mme XXXXX.
Je vous confirme ma démission qui est définitive.
Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de mon profond respect.

Mme XXXXX

2°) Une suppression emblématique : la Prime de Fin d’Année (P.F.A)

La PFA a été conquise par les syndicats de haute lutte en 2015. La CGT a été à la tête de ce combat. Comme chacun le sait, la Convention Collective des Entreprises de Propreté est peu favorable aux salariés. Chaque avancée face à un patronat sans état d’âme et prêt à tous styles d’abus pour optimiser l’exploitation des travailleurs s’obtient péniblement. Son montant : 118,00 € par an pour un travailleur à temps plein avec un expérience de moins de 20 ans, somme  proratisée pour les temps partiels.

Sans complexes, ni éthique, Anjou Hygiène Services intègre directement la suppression de la P.F.A dans son accord, faisant fi des textes lui imposant une prime équivalente

Extrait de l’accord :

Article 8 – Suppression de la prime annuelle conventionnelle

La convention collective des entreprises de la Propreté prévoit pour les salariés ayant au moins un an d’expérience professionnelle, le versement au mois de novembre d’une prime annuelle d’un montant de 118.18€ pour les salariés à temps plein, proratisée pour les salariés à temps partiel.

La plupart des salariés de l’entreprise travaillant à temps partiel, et compte tenu du montant de la prime, les parties conviennent de la supprimer. Elle ne sera donc pas versée au titre de l’année 2018.

La rédaction de cet article affiche un mépris et un irrespect complet des salariés de cette société. Ecœurant, répugnant, sordide, tels sont les adjectifs qui nous viennent immédiatement à l’esprit pour qualifier cette action d’une médiocrité absolue de la Direction. Comment ce gérant employant des salariés à faible revenus peut-il leur supprimer l’équivalent de 10 euros par mois, sans éprouver la moindre honte ?  La Direction se gave même sur les miettes !

3°) Le véritable objectif : une baisse généralisée des salaires chez A.H.S

Nous récapitulons les principales lignes de cet accord :

  • Suppression de la Prime de Fin d’AnnéeRésultat de recherche d'images pour
  • Suppression des heures supplémentaires jusqu’à 44 heures hebdomadaires
  • Rabotage de la majoration des heures supplémentaires à 25 % et 50 % pour la ramener à 10 %
  • Comptabilisation des heures complémentaires sur l’année permettant dans la réalité la suppression des majorations prévues
  • Mise à disposition des salariés à la botte de l’employeur

Nous le savons tous, le nettoyage est rarement un métier choisi. Plus particulièrement pour les moins qualifiés qui sont souvent les plus précaires. Tenter de leur baisser leur rémunération ne peut qu’inspirer le dégout envers cette catégorie d’entrepreneurs dépourvus de la moindre déontologie et sourds aux révoltes qui grondent dans l’actualité.

4°) Un accord qui va toucher probablement 4 sociétés.

Le gérant d’Anjou Hygiène Service est également gérant de 4 sociétés de nettoyage (3 dans le 49 et 1 dans le 44), juridiquement distinctes, mais présentes sur le site Web d’Anjou Hygiènes Services. Histoire de faire sauter le problème des seuils sociaux. Optimisation sociale oblige !

5°) La CGT NETTOYAGE 49 et la Fédération CGT des Ports et Docks :  la réaction immédiate et sans concession.

Appuyée par la Fédération des Ports et Docks, notre Syndicat va s’opposer activement à cette Direction inique. Les profits substantiels qu’elle veut tirer de cette méprisable tentative lui coûteront plus chers qu’elle ne pense. Nous demandons à nos camarades de communiquer avec « les gilets jaunes » qui se battent également pour leur pouvoir d’achat et contre la précarité. Le combat est également dans les entreprises qui abusent.

Nous demandons à la Direction d’Anjou Hygiène Services l’annulation immédiate et totale de cet accord. 

Résultat de recherche d'images pour          A SUIVRE…